Le Pelerinage de l’ame en prose [7]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 6v]

moult troublee, et la je ne fuz pas asseuré mais tremblay tousjours, ayans regart a la parable saint Jerosme que j’avoye ouÿ reciter en mon pelerinage, lequel de sa personne dit ainsi:

Toutes les fois que je considere et pense a ce jour du jugement, tout le cuer me tremble et m’est advis que j’ay tousjours a l’oreille le son de celle terrible trompille. O vous, mors, levez vous et venez au jugement. De l’autre costé aussi de la compaigne de Sathan commença murmurer pour ce que tant les faloit demourer, et disoient ensemble telle maniere de langaige. On nous craint peu et prise qui sommes ça hors tenus en l’ombre. Nous avons bien mauvais voisins et gardiens de ces pelerins. Nous ne savons si tost venir a aucuns d’iceulx qu’il n’ait ung gardien deputé pour le deffendre de nous, afin que nous ne les puissions les surprendre en aucun temps. Et en especial depuis qu’ilz sont lavez de la lexive salee que Grace Dieu a composee qu’ilz nomment baptesme.

Et d’autre part c’est grant despit que leurs gardiens sont la dedans et sont ÿs et escoutez du juge a leur plaisir, et nous sommes boutez arriere. Certes on nous fait tort.

Crïons trestous ensemble haro, si hault que on nous oÿe la dedans et que nous resveillons la compaignie. Adonc se prindrent iceulx a crier a hault cry: Michiel qui tiens leans le lieu de Dieu, fay nous droit sans flater des gardiens de ces pelerins. Car par raison il nous semble que ne dois pas estre enclin a les ouïr plus tost que nous. Comme il soit ainsi en toutes cours que

[f. 7]

se aucun se excuse avant qu’il soit accusé, on a souspeçon de lui, suppose qu’il n’ait riens meffait, et nous vëons que les gardiens de ces pelerins entrent a toutes heures a toi premierement que nous pour les excuser, lesquelz premier nous devrions ainsi accuser. Et pour ce tu ne les deusses recevoir; ad ce et te deusses monstrer egal envers nous et eulx comme juge doit estre. Et nous premierement sommes acteurs, et puis le deffendist qui voulsist. Adoncques commençai a ouïr ung parlement dedans le clos d’icelui lieu qui dura longuement, et au premier j’entendi une voix qui disoit ainsi: Trescher compaignon et ami Cherubin; plain de science, qui tiens en ta main le glaive tout nud, lequel tu fut beullé pour garder l’entree de Paradis affin que dedans n’entrast aucun forvoyé du droit chemin se arriere ne retournoit en icelui. Sciez toy avecques moy comme president pour faire le jugement de ces pelerins qui actendent la dehors, lesquelz seront tantost accusez par leurs adversaires. Et lequel Cherubin parla a saint Michiel en lui disant que il estoit bon que les gardiens d’iceulx pelerins alassent a eulx pour les garder, et que assez a point on les appelleroit quant temps seroit.

Adonc retournerent chacun d’iceulx gardiens au sien, et euz en moy grant joye quant je vy le mien a moy retourner pour la grant fiance que je avoye en lui. Et lors Cherubin recommença a parler a saint Michiel en lui disant que combien qu’il

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s