Le Pelerinage de l’ame en prose [48]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 47v] Bien maudire te doit on de bouche et de pensee. Or doncques le bourreau s’escria: Sachez, dist il, qui ne la fault plus de riens maudire, car elle se voit assez maulditte. Maulditte en soit la lignee et ses subgetz qui sont atachez a ce gibet. Cy fait… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [48]

Le Pelerinage de l’ame en prose [47]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 46v] ay je saché tes des deux langues par ta gorge et atachees aux gibets des autres trahistres maleureux qui ycy pendront pardurablement sans fin. Aprés je vy deux esperis tous en estant dedans le feu ardant qui estoient tous deux navrez et tenoient deux cousteaulx en leurs mains.… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [47]

Le Pelerinage de l’ame en prose [46]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 45v] leur perçoient. Atachez estoient a croz par les yeulx et ainsi pendoient honteusement. Autres gens avoient pres d’eulx qui pendeoient par leurs langues, dont aucuns avoient deux langues. Hault et fort estoient a croz atachez* entre lesquelz je en vy ung seulement dont grandement fuz esbahy. Sa bouche… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [46]

Le Pelerinage de l’ame en prose [45]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 44v] tu le peusses avoir. Cy parle Lucifer a Convoitise Lors, dit il, je vouldroie bien avoir la grant joye que par toy ay perdue, par telle condicion que se je avoye char humaine, la plus passible qui fut oncques, et qu’il creust ung pillier de fer ardant de… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [45]

Le Pelerinage de l’ame en prose [44]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 43v] dedans y a grant vilee, grant ordure et grant pourriture. Ce est pechié qui ainsi put. Les pecheurs ont de lui la fait leur ny, lesquelz ont mis leur soing de faire leur ny en ordure. Il fault que je te mayne lëans, mais ta peine n’en croistra… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [44]

Le Pelerinage de l’ame en prose [43]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 42v] plus argué de ma punaisie que moy, et me doy a mon cuider mieulx plaindre de toy que toy de moy. Et se signifie assez que ce que tu as sentu, le pueur que j’ay [est qui s]e* plaint de ce que tu m’as corrompu. S’aucuneffois ou temps… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [43]

Le Pelerinage de l’ame en prose [42]

[Chantilly, Musée Condé, ms.140, f. 41v] obscurté quant je m’acompaigne a toy, et puis dire a certes que je n’ay nulle obscurté fors de toy et de tes fumees. Cy respond le corps a l’ame du pelerin Je puis, dist il, bien respondre comme le passif a l’actif. Je ressemble a la buche que est… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [42]