Le Pelerinage de l’ame en prose [26]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 25v]

moult grant enjoingnement en ta court et en tes assises en retraictant noz jugemens par ces lettres qu’elles a impetrees, desquelles il te plaira dire ta voulenté. Si m’est advis que en aucun point ne sont pas a recevoir, car par droit elles y peuent estre et sera celui qui a offensé contre le Seigneur qui tousjours dure, puissant et grant, sans mesure et sans fin, soit receu a avoir grant peine a terminee a peu de temps. S’il est ainsi, les balances ne serviroient plus de riens.

Cy parle saint Michiel a tous les conseilleurs de la court.

Adoncques le prevost a sa haulte voix convoca une grant compaignie en parlant et disant ainsi:

Trescher conseilleur Cherubin, qui es present pour moy donner conseil, et vous Justice, Equité, Verité et Raison. Toy aussi, Pierre, grant portier du ciel, et vous tous autres jeunes et vieulx qui cy estes presens est que vous me conseillez.

Vecy Misericorde qui me apporte unes lettres. Ceulx qui ne les ont ouÿes si en oyent la lecture.

Adoncques fut le conseil tenu bas et en silence si qu’il ne semboit pas que dedans feust aucun demouré. Le conseil longuement dura jusques a tant qu’il feust dit que la balance fust reprinse a rendre la sentence comme il fut dit, il fut fait.  Car tantost la reprint Justice, laquelle elle tint tant seulement par ung annel, l’un bacun hault et l’autre bas. Par semblant peu avoit en hault mais le bas sembloit estre plain.

Cy parle Justice a saint Michiel.

Lors parla la balanciere Dame Justice. Prevost, dist elle, vecy que j’ay trouvé a ton gre

[f. 26]

fay du seurplus, car a toy est du demourant. Bien est temps que atant je m’en taise.

Cy parle Misericorde a saint Michiel, tenant son escrin

Adonc dist Misericorde au prevost ainsi. Sire prevost, toy et ton conseil avez bien veue et leue la lettre de grace que Jhesucrist a fait a ce pelerin, et m’est advis que a icelle finablement se consent tout le conseil avecques toy. Si mettrai cy ce plaist en la balance l’escrin que j’ai aporté du ciel; si verra chacun comment la balance se portera.

BnF fr. 602 f. 20v.jpg
Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 602, Le Pelerinage de l’ame en prose, f. 20v detail

Lors mist Dame Misericorde ledit escrin ou bacun destre de la balance, lequel pesa si fort que non obstant le poix de l’autre, tantost l’avala jus. Si dist oultre Misericorde ainsi: Prevost Michiel, tu vois bien comme tu dois faire du remenant par la lettre de grace que tu as veue.

Cy parle saint Michiel au pelerin.

Adoncques parla hault le prevost: Entens ça, dit il, Pelerin. A la court tu as eu amis telz et telz que je ne di mie lesquelz tu sauras cy aprés. Quant a toy Dame Misericorde, tu le scez bien. A mort eussez esté jugé se n’eust esté la grace Dieu qu’elle a aportee et pourchassee pour toi a grant peine, laquelle elle a mis en la balance, de quoy Sathan n’a pas esté joyeux.

Si te dirai que tu seras. Tu prendras ton bourdon et ton escharpe comme devant. Et le commande a Dame Justice que de tes pechez qui sont en la balance faces ton fardel, lequel tu porteras en Purgatoire. La iras et feras icelui tout ardoir et autant te fauldra demourer ou feu ardant que tu soies bien purgé de tous tes pechez et que ton fardel soit tout gasté pour faire le gre et la voulenté Dame Justice, affin qu’elle s’accorde finablement a Dame Misericorde, a laquelle elle ne se

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s