Le Pelerinage de l’ame en prose [53]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 52v]

bien croire devoye que assez tourmens y a et aussi de gens tourmentez et que ce cy me devoit souffire pour le present afin de mercier Nostre Seigneur Jhesucrist, honnorer et gracier quant ne m’avoit pas souffert estre ainsi tourmenté comme ceulx que j’avoye veuz en Enfer.

Ci fait question le pelerin a son angle

Adoncques merciäy mon createur et suppliäy a mon bon ange qui me voulsist certiffier de ceulx que dernierement avoye veuz dedens icelle grant fosse.

Cy respond l’ange au pelerin

Lors, me dist il, tu dois savoir que celle fosse est ung des grans manoirs d’Enfer, nommé Abisme, ou il a tant de gens que tu n’en as pas veu la Xe partie ne la centiesme. Autrement est appellee celle fosse la Chaudiere ou le Puis d’Enfer, et la sont mis les juifz, les payens et les mescrëans, les persecuteurs de l’Eglise, les tirans et ceulx qui sont mors sans confession. Ceulx aussi qui ont vescu en confussion de divers pechiez et n’ont point eu voulenté de garder la loy de Jhesucrist ne de faire chose qu’il ait dicte; qui la dedens va point n’en retourne. Nulle redempcion n’y a, toute punaisie et ordure est la dedens. Et quant le mond finera et que Dieu le renouvellera, toutes les ordures en celle fosse cherra et la s’assemblera.

Cy argue le pelerin contre l’ange

Moult suis, di je, merveillé comme de droit il est trouvé ne jugé que pour ung seul pechié mortel on ait peine perpetuelle et que a tousjours on doit plourer le pechié d’une seule heure.

Cy respont l’ange a l’argument du pelerin.

[f. 53]

Ad ce respondi mon bon ange disant que les pechiez sont considerez selon ce qu’ilz sont fais contre Celui qui est infini, pardurable et permanant, sans fin et fault; que la faulte du pechié jusques a celle mesure.

Et d’autre part, pour ce que le pecheur tue le bien qui est commencé pour devenir pardurable, par droit contre poix la peine doit estre infime.

Et encor di je plus, car le pecheur vouldroit tousjours maintenir et demourer en sa delectacion en tout temps, et pour ce que son vouloir est ainsi pardurable sa peine est ainsi mesuree.

Exemple peuz avoir de ce en la maniere qui s’ensuit: car en bien peu de temps ung contrat peut bien estre fait qui toutesfois diur perpetuellement. En peu de temps aussi pechié est fait, mais qui le fait il fait marchié de avoir peine perpetuelle. Ung homme est bien tost tué et toutesfois sa mort dure perpetuellement.

Aussi* te di je de cellui qui chet en abisme: car en peu de temps il y chiet, mais toutesfois jamais n’en retournera. Ces exemples cy te doivent souffire. Cy loue Dieu ton createur de ce que tu es eschappé de telle douleur. Louez, dis je, soit il pardurablement quant de la me exempte, quant par sa grace ma cause estoit mauvaise et pour ce de rigueur dampné estoye. Toy aussi dois je mercier de ce que il t’a pleu a moy monstrer Enfer sans entrer dedans et sans santir riens ses tourmens. Je scay maintenant de vray que les tourmens que j’ay sentis n’ont mais telles vertus contre moy comme ilz l’ont eu par cy devant, et si n’est mie mon fais si grant comme il a esté

 

* There’s a fragment that precedes this, en peu de temps. It’s unclear which sentence it’s associated with.

Advertisements

One thought on “Le Pelerinage de l’ame en prose [53]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s