Le Pelerinage de l’ame en prose [55]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 54v]

en la sanctifiant du tout si que en ce greffe reprins en estoc devient convenable pommier pour porter fruit franc et agrëable.

Oncques ne fut pommier de tel pris ne de telle valeur. C’est l’arbre Daniel ou Vme chappitre de sa prophecie, lequel Nabugodenosor vy en racine ou millieu de la terre affin que chacun de toutes pars eust regard a lui si que nul ne se peust excuser qui de ligier ne le treuve. En moult de destours a plusieurs sains que on ne congnoist pas fors seulement en leur pays et ou ilz sont, mais Dieu a mis cest arbre que Ezechiel divise ou millieu de la terre et de toutes gens. Chacun le peut bien trouver se de lui a afaire, dont saint Bernard dit que chacun en quelque lieu soit en terre ou ou ciel afiche son oeil et son regart a lui comme ou millieu et aussi tous ceulx qui ont esté et qui  jamais lesquelz attendent a avoir sa grace. Cest arbre est grant et fort advenant jusques au ciel. Bien peut porter et soustenir tous ceulx qui se veulent apuier a lui fëablement et prestement leur peut aider et envoies grace du ciel toutesfois qu’ilz en ont besoing. Son regard a par toute la terre. Bien voit ceulx qui le vont requerir de cuer ou autrement, et quel chacun est et comme chacun se demaine et aussi quelle vie il maine. Ses fueilles sont parolles de grant beaulté, aimables, doulces et charitables, et bon se seroit umbroyer soubz elles qui seroit las, si comme on peut vëoir en son fueillet magnificat soubz qui les bestes habitent. Car ceulx qui vivent bestiaument comme bestes en leurs pechiez longuement sont deputez soubz l’ombre de lui et espargnez a celle fin qu’ilz ayent assez advis de eulx amander sans estre hastez ne seurprins.

En ses branches, c’est a dire en ses benefices, conversent les gens espirituelz contemplatifz en pensee qui

[f. 55]

en hault ont mis leur cuer, et pour ce sont appellez oyseaulx des cieulx. Cest arbre a si habundamment fruit que toute gent a chacun jour et a chacun heure en peut estre rampli. C’est la pomme de quoy on se doit jouer pour oster ennuy, laquelle l’arbre que je di porta seule. Plus n’en devoit porter pour restituer la pomme que Adam mengea dont j’ay parlé et encor feray. Car c’est droit que on sache comme vint l’arbre ouquel fut fait le restablissement de la pomme dessusdicte, sans laquelle ne pouoit estre quicte Adam ne sa lignee.

Aucunes gens sont d’oppinion que quant Adam gisoit malade au lit de la mort, ung de ses filz appellé Seth ala a l’uis de Paradis pour demander medicine par quoy son pere peust santé trouver. Auquel l’ange bailla une branche de l’arbre dont Adam mengea le fruit en lui disant: qui le plantast et combien qu’il demourast il seroit grant arbre portant fruit par lequel Sathan auroit santé. Et advint que quant il retourna a son pere, il le trouva mort et planta ladicte branche sur lui qui depuis devint grant arbre et fut couppé par grant temps aprés pour estre mis ou temple Salomon. Et pour ce qu’il ne fut pas trouvé advenant fut getté en ung lieu secret par ou passa de la royne de Sabba qui depuis ce manda au roy Salomon que tel pendroit en cest arbre par qui la vieille loy fauldroit.

Or di je que s’il y a aucune souspeçon en ceste oppinion, et peut on assez maintenir que convenable chose fut, le fust de la croix venir de l’arbre que Adam despoueilla. Et quant

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s