Le Pelerinage de l’ame en prose [56]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 55v]

Il convint pour tel meffait restablir que le filz de Dieu devenist homme et qu’il fust ataché et pendu en arbre et notoirement estandu. Assez fut convenable que l’arbre ou il fut pendu fut attrait de l’autre vieil arbre, car se celui arbre n’eust esté devestu, ja Jhesus n’eust esté pendu en autre si que occasionnellement l’un a naissance de l’autre. Toutesfois cestui cy secha quant Salomon le couppa et ne apparu en lui aucune humeur ne doulceur jusques a ce que la dame au fier semblant vint avant, qui Justice est appellee, par quoy autrement feust tantost la chose muee.

Et  vecy comment une dame estoit mucee entre les branches et les fueilles du premier pommier que j’ay dit, qui gardoit tresdiligemment le pommier et la pomme que mal n’y fut fait par y toucher. La fleur de ce pommier estoit blanche plus que nois, plus oudourant que basme et plus luisant que le soleil. Appellee se faisoit Virginité, seur des angelz, de laquelle s’aproucha Justice en lui disant qui lui pleust a l’escouter et faire ce quelle lui diroit et ainsi l’arraisonna.

Cy parle Justice a Virginité

Adam, dist elle, menga une pomme dont il despoueilla cest arbre de quoy faire n’avoit nul droit. Mais le fist contre raison. Si sachez que [s]e l’arbre n’est restitué a mon gré d’autel pommier ou meilleur que Adam et tous ses hoirs soient a tousjours mais dampnez sans avoir secours. Or est ainsi que le pommier et la pomme que tu gardes sont creuz en celui Adam et avant venus pour restablir l’arbre sec et revestir de sa pomme. Si fault que tu me laisser prendre la

[f. 56]

pomme que tu as pour atacher et pendre en l’arbre sec et fichez dessus a cloux, affin que chacun qui yra par la voye que Adam soit de coulpe de l’autre pomme qu’il avoit ostee et que la restitucion en soit dignement faicte.

Cy respond Virginité a Justice

Lors respondi Virginité a Dame Justice qu’elle vouloit bien contredire qu’elle ne feust pas ainsi restituee ne restablie, mais toutesfois plaider ne sauroit. Ains en simplesse vouldroit garder que on ne bleçast la pomme ne le pommier. Et oultre dist a Dame Justice que bien vouldroit congnoistre son nom. Et oultre adjousta que Alixandre jadis en ung sauvaige pays trouva deux arbres qui lors estoient appellez du soleil et de la lune qui lui dirent aucunes nouvelles non mie belles de lui ne de sa femme. Si semble sans prejudice que se tu es Justice, des deux arbres feras parler comme ces autres que j’ay dit, si que celui qui a esté despoueillé demande restablissement tout au premier fera sa plainte, et l’autre lui respondra comme il cuidera que bon soit. Et quant ilz auront plaidé, se plait y fault, tu jugeras comme la chose ira et ainsi a paix me tendray. Adoncques dist Justice qu’elle le vouloit bien et que de rein ne desdiroit Virginité.

Cy se plaint a Justice l’arbre sec de Adam qui mongea sa pomme

Lors dist l’arbre, je me plains de ce que Adam le premier homme me despoueilla et mengea indeuement ma pomme. Oncques puis ne fus a honneur, mais en ay perdu franchise et sui devenu comme sauvaige sans porter fruit qui vaille.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s