Le Pelerinage de l’ame en prose [65]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 64v]

elle se mouvera, et se bien il s’encline a la langue de doctrine, parfait sera.

Celle dame que tu voiz la est appellee par son nom Doctrine. Maistresse est de former et emprunter science en homme et y planter bonnes vertus en estant les vices, de parer son entendement qui au commencement est comme une table reze ou riens n’a escript comme dit le philozophe. Se jadis eusse esté a l’escolle de celle dame, tu ne eusses mie tant ne si longuement souffert peine, car mieulx te feusses congneu et maintenu plus justement. Et combien que Grace Dieu ou temps passé t’enseingnast bien et sermonnast toutesfois, elle te vit si taime et remis de l’oüir qu’elle se veult cesser de toy sermonner, dont tu as piz valu et eu moins de bon advis. Et affin que tu m’en croies mieulx, nous yrons tout droit a celle dont nous parlons et tu orras ce qu’elle te dira sans ce que tu l’arraisonnes.

Cy parle dame Doctrine au pelerin

Quant prés d’icelle dame feusmes venus, tantost me dist ainsi: Ou temps passé, beau pelerin, tu ne te congnus pas et encores comme je croy tu ne te congnois mie, ainsi comme ton corps le m’a mandé par lettres, au quant tu as tancé quant tu passas par la ou il estoit en lui mettant sus tes mesfais, lesquelz n’ont pas estés fais par lui fors que en tant qu’il [s]’est accordé a ton gré comme ton instrument. Car en lui qui n’avoit point de vie quant tu entras en lui, mais estoit naturellement organisé et seulement en puissance de te recevoir dedans lui pour avoir mouvement par toy.

Tu fus la premiere accion et premiere mo-

[f. 65]

-cion. Sans toy et ton congie et octroy oncques riens ne first. A toy sont les oeuvres, les forces et vertus dont ne dois avoir blasme oir los sans toy il n’avoit aucun pouoir. Matiere fu et tu sa forme. Maintenant elle est accidentelle de laquelle il est a present desimé. Se il a autre forme, maintenant elle est accidentelle et non point substancielle. Dieu tant seulement t’a creé pour lui donner gouvernement et mist en toy puissance, vegetature, sensiture et raisonnable pour toy parfaire a ‘image et semblance de lui. De laquelle chose parle monseigneur saint Augustin et dit que Dieu fist homme en une trinité a sa semblance par convenable maniere. Car memour appartiet au Pere auquel il souvient de tout, et entendement qui appartient au filz, et vouloir au Saint Esperit. Dieu donna a l’omme quant a l’ame par quoy elle a en soy puissance. Sens corporel instrument de comprendre a par soy les similitudes des choses entendibles soubtilles et espirituelles, mais elle comprent les corporelles par corporel instrument, non obstant qu’il y ait diversité et contrarieté comme par l’estat elle congnoist froit ou chault, noir ou blanc.

Cy meut une doubte le pelerin a dame Doctrine

Lors fus en doubte, si lui dis que a mon advis il convenoit que l’ame feust grant en grant vertu et puissance; quant en soy avoit telle capacité de comprendre tant de choses comme elle disoit, mais tantost dame Doctrine me respondi ainsi:

Je te ay dit, dist elle, quelle a semblance par maniere convenable a son createur qui la crea, lequel selon Saincte Escripture

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s