Le Pelerinage de l’ame en prose [69]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 68v]

-ble. Car quant les loix et les status sont establies, ilz monstrent que franchement ilz sont nez et dravez de ce berbesco. Et se ainsi est fait, le roy en est honnoré et renommé de grant constance. Ne oncques Nabugodonosor ne fut tant prisé ne honnoré en semblance d’or comme roy est en telz status estables; et pour ce a proprement parler ung roy est congnu a ses loyx et ordonnances et selon ce de lui il est memoire, de telle comme on avoit jadis en la statue que on voit du roy pour ce qu’elle estoit faicte. Pour quoy tout roy doit bien adviser quelle sa statue soit, affin qu’elle soit honnoree et prisee de son peuple, car chacun y a souvent les yeux pour ce que en publique elle est mise. Et pour ce Constantin disoit que de tant qu’il tenoit plus hault lieu entre les hommes, il estoit de chacun mieulx veu et apparceu. Et pour ce oultre disoit que de riens ne devoit avoir a reprandre en chose qu’il feist et voulsist faire. En ces parolles nous donne a entendre Constantin que pour ce qu’il avoit a gouverner l’empire, il devoit establir telz status que nul n’y trouvast a reprandre et que chacun prisast son gouvernement.

A la statue et hymmage congnoist on la personne presque aussi comme au visaige. Ung homme qui ne aura oncques mes esté veu ne apparceu. Et pour ce ay je dit et dy encore que le roy ou le prince qui a gouvernement ne se peut mieulx monstrer aux gens qu’il fait par sa gouvernance par laquelle selon ce qu’il est blasmé ou loué toutesfois comme il en voise.

[f. 69]

Ainsi comme celle statue est espouventable en son regard, tousjours aussi en crainte l’ordonnance que fait le roy et doubte chacun qu’il ne le trespasse. Atant me vueil je taire de parler de la statue en general. Mais en especial, je la te vueil cy distinguer afin que tu saches distinguer le gouvernement d’un royaume, ses estatus et ordonnances, et ceulx qui les ont baillez, mesmement selon ce que la statue de la figure comprent. Et dois savoir que Verité, Nature, Foy, Droit et Equité jadis tindrent d’un commun accord et par grant advis et meure deliberacion firent ung ferme estatu que nul ne feust mis en escut s’il n’estoit le plus souffisant et vaillant de tous. Car comme ilz disoient, il appartient que cellui soit mis sur les autres qui a greigneur perfeccion et qui est le plus digne et le meilleur.

Et cecy est assez figuré et demonstré en la statue dont le chief qui est dessus est d’or, qui est le plus digne metail que les autres qui sont dessoubz mis par ordre selon leur valeur, aprés les uns haulx les autres bas, laquelle ordonnance doit estre tout temps en tous gouvernemens. Et la doivent maintenir en telle guise tous gouverneurs, soient empereurs, roys, princes ou prelatz d’eglise. Et par ainsi selon droit au regart des subjetz, le chief doit estre d’or en demonstrant que on le peut tousjours duire comme le bon or qui ne fent point soubz le bon martel, mais s’eslargist et sonne doulx en recevant telle impression comme on veult en lui former.

Bien est telle chose convenable et avenant a tout chief de communité qui est gouvernee par conseil, ne meilleur seigneur ne peut avoir chief que de recevoir benignement bon advis sans indigna-

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s