Le Pelerinage de l’ame en prose [81]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 80v]

pour faire ainsi comme eulx. Nommees sont aloués, ainsi dicttes* de louer Dieu, car purement veulent louer Dieu et hault chanter loing de terre. En croix ce sont estandues en chantant Jhesus par grant deduit. En terre n’a oysel qui soit de si bel maintien; figure sont de moustroison de la joye de Paradis et des esperis et des anges. La louent leur createur a grant honneur et reverence. Les contemplatifs en terre ont prins exemple a eulx, car ilz ont tousjours en la bouche Jhesus et en font leur langaige, leur chant et leur soulas et sont par compassion estandues avecques Jhesus en la croix.

A ce faire sont tenus non pas seulement les hommes mortelz mais toutes choses creés comme le tesmoigne le Pseaulme de Benedacite Marie, Misael et Ananie. Et David aussi en ung autre lieu ou Pseaulme de laudate ou il dit a toutes choses que ilz louent Dieu, soit en ciel, en terre, en mer et toute ce que dedens est sans faire nulle excepcion. Et saches qu’il n’est riens qu’il n’en face son devoir excepte homme mortel qui est enlassé au fille du monde, de sa voulenté et consentement. Peu en y a qui veulent hault voler pour louer leur createur. Saint Pol estoit bonne alouette qui autre chose ne se disoit savoir que Jhesus estandu en la croix et que joye n’avoit en autre chose Se pieca eusses ainsi fait tu n’eusses pas enquis de ces oyseaulx cy que tu avoyes en exemplaire pour faire comme eulx; ainsi feras tu quant tu seras*** ou ciel.

Ainsi me mena mon ange, me monstrant le firmament qui en tournant faisoit

[f. 81]

une armonie si melodieuse et plaine de doulceur que tous instrumens terriens qui sont et ont esté seroient comme riens reputez envers les mouvemens et les tournoiemens des esperes que je voy tourner hault l’une dedens l’autre en sont cause, lesquelz par mouvements contraires et obliques se entre-rencontrent doulcement et font bien leur circuite tousjours entour les elemens sans reposer. En ces sept grans esperes tournans l’une dedans l’autre avoit sept autres petites esperes au regard des grandes, et en chacune d’icelles grandes une des sept planettes appellees erratiques que tournoient par divers mouvemens, lesquelz ilz faisoient es critales et qui leur donnoient aussi les circles** mouvans et tournans sans cesser diversifians leurs cours en telle maniere que nul mondain astronomien a peine pourroit savoir le cours. Auxquelz mouvemens aidoit moult le firmament auquel sont fichees les estoilles et toutesfois icelles estoilles en cent ans acquierent ung degré vers orient contre le premier mouvement ainsi que Tholomee le dit qui de ce enquist diligemment, car pour ce que icellui mouvement premier est contraire aux autres sept planettes, il fait varier et tourner leurs epules a la semblance de la roe qui tourne l’orloge. Mais pour ce ne di je pas que leur autre mouvement naturel ne dure tousjours sans cesser.

Tous ces mouvemens se accordent a une fin et ne descordent en riens et pour ce y a il plaisant armonie et melodie.

Ainsi comme je me delictoye en ce regardant, mon angle me mena plus hault sur le ciel et

* Omitted a u of which I could not make sense

** The scribe has written cricles

*** Unnecessary tu omitted

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s