Le Pelerinage de l’ame en prose [83]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 82v]

-cipale sur tous en laquelle avoit plusieurs mansions telles que oncques homme ne vit sinon la quant le ciel est bien enluminé des estoilles bien cler et reluisant si n’a il point comparoison a nulles de habitacions. D’icelle mansion vueil je parler selon ce que j’ay peu considerer, car la centiesme partie des habitactions d’icelle lesquelles me semblent grans monde si tres luisans que on voit l’une habitacion parmy l’autre si cler comme on vouloit lesquelles avironnoient tout le monde. La beaulté d’icelle ne pourroit homme raconter ne la gloire dont sont parez ceulx qui y habitent, et aussi les ordonnances d’icelles. Les mercis qui la sont rendus a Dieu, les joyes, les ondeurs et les doulces chançons qui la sont, car ses choses font oublier tous maulx passez et mener joye sans fin, et en grant honneur et reverence louer tous jours leur createur.

Es lieux qui joingnoient au ciel cristalin estoient mis le menu commun qui estoient venus de Purgatoire, lequel respondoit a ceulx qui estoient en hault. Et la estoient souvent repus et hault et bas par devoicion se mot ycy: Sanctus. La chantoient les angelz par accord en faisant feste merveilleuse. Lors fus entalenté de savoire ou avoit esté saint Pol ravis; si le prins a demander a mong bon ange. Car pieça j’avoye veu en escript que saint Pol esté ravi jusques au tiers ciel ou il avoit veu les secretz dont il ne parloit point, car il disoit qu’il ne appartenoit ne dinsoit a homme de en parler.

Cy fait question le pelerin a son ange

Si lui diz que voulentiers sauroye lequel estoit appellé le tiers ciel, mesmement que on ne scet en terre qu’il y ait tant de cieulx lassus.

[f. 83]

Si respond l’ange a la question du pelerin

Adoncques il me respondi que saint Pol l’apostre, lequel estoit a mont en la compaignie de Dieu, fut ravi en tres hault lieu ouquel il vit moult de secrets de Dieu, lesquelz ne sont pas demonstrez fors a ceulx qui sont les mieulx amez du nombre, desquelz ne sont pas ceulx qui habitent au monde. Et d’autre part les secretz sont si merveilleux et si gran[z] que saint Pol se reputoit indigne de les raconter et aussi ne les eust il pas voulu dire pour ce qu’il vouloit garder les secretz de son seigneur comme chacun doit faire s’il n’a congié et expres commandement de les reveler.

Or dois tu savoir que le lieu ou il fut ravi est appellé le tiers ciel, et de ce ne te dois esmerveiller car tous les cieulx que tu as passez ne sont ça sus appellez que ung ciel. Et cestui cy ou tant a de monde est le second ouquel sont les habitacions de tous les saints.

Tu peuz et dois aussi supposer que Dieu avoit bien pouoir de creer cent mille mondes et plus encores s’il eust voulu, si est [sa] maison infini. Et dois savoir que quant saint Pol fut pardeça il considera bien quant il s’en fut retourné ces choses dessus dictes et en adora Dieu en lui disant: Gloire au roy immortel des siecles! Saincte Eglise aussi le fait pareillement, car elle n’oublie point a dire que son regne est et sera par le siecles des siecles. David aussi le prophetisa en parlant a Dieu en telle maniere: Ton regne est le royaume de tous siecles.

Cy meut une doubte le pelerin a son ange

Quant je euz ouy la response de mon ange je lui demanday qui me solust une doubte que je avoye en sa response, car dedans le compost avoit jadis veu en escript que

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s