Le Pelerinage de l’ame en prose [85]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 84v]

face. Et pour ce nul ne doit estre esbahy des siecles infinis qui bien croit le pouoir de Dieu, lequel nul ne peut comprendre car il est infini, ne science n’en a point d’experiance.

Ci fait question le pelerin a son ange.

Et puis, dis je, que tu m’as dit des choses, encores m’en diras tu, s’il te plaist, de ces habitacions ou tu dis que les saints habitent, entre lesquelz tu m’as nommé saint Pol. De ce j’ay ung peu de congnoissance mais il me fault avoir ung peu de glose pour entendre.

Cy respond l’ange a la question du pelerin.

Saincte Marie, me dist il, que dis tu? Tu as vescu plus de LX ans en religion au monde et encores pour peine que tu y ayes mise n’as seu moult de biens qui y ont esté fais?

Toy qui es maintenant venu ca jus veulx savoir ce qui y est et quelles ordonnances il y a, lesquelles sont sans fin et sans nombre. Certes ja ne les sauras, jusques ad ce que tu ayes regardé ou mirouer de la deité. Toutesfoiz je ne di pas que je ne t’en die voulentiers d’aucune singuliere chose laquelle tu auras plus cher a savoir. Car qui vouldroit de tout parler, ce seroit a jamais sans finer; et pour ce demande ce que tu aymeras le mieulx.

Ci fait autre question le pelerin.

Adoncques, lui dis je que je desiroie a ouir parler de huit siecles que je veoye dont les trois sont couronnez de fleurs despareillees, l’un de roses rouges, l’autre de soulcies et le tiers de primeroles et de lis. De ces trois et des autres cinq voulentiers en orroye parler, pour ce que la a telle joye et si

[f. 85]

grant beaulté qu’il n’est entendement qui le peust comprendre.

Ci respond l’ange a la question du pelerin.

Lors il me respondi que les couronnes de Dieu estoient ordonnees pour trois manieres de gens auxquelz il les donne par grant amour. Ces couronnes sont appellees aureolles, et ceulx a qui elles sont ordonnees sont vierges, martirs et prescheurs. Dont saint Pol le maistre des docteurs tient le siecle couronné de soulcie pour festoier en liesse ses escoliers. La fait il feste quant il veult. Autreffois se transporte au siecle qui est couronné de roses ordonné pour les martirs, ouquel saint Estienne preside et fait feste au grant couvent des martirs vestus de pourpre. L’autre fois saint Pol sinreva au siecle qui est couronné de prineroles et de lis, ouquel sont les vierges assemblees a grant deduit, du nombre desquelles est saint Pol, et celle en est chevetaine qui fut mere et nourrice du filz de Dieu le pere. Telle aureole, dist elle, doit bien avoir qui premierement trouva virginité et que d’elle fut souverainement paree. Aucuneffois saint Pol se transporte au ciel escelle semé de escharboucles qui est la noble habitacion des apostres et evvangelistes ouquel siet le premier saint Pierre qui est clarcelier de la joye que lui et ses compaignons ont la dedens.

Cest autre siecle que tu vois lassus escellé de saphires, lequel appert estre tresnoble, est le lieu ou habitent les serviteurs du roy ouquel sont premier les seraphins. Et puis aprés les cherubins et les ordres de copres qui sont mises en trois jerarchies selon que dit saint Denis. Et la ont plusieurs certains lieux qui leur ont esté donnez par don especial par grant perfection de lassus. Sui je habitateur en la basse ordre et mendre du nombre mais mendre pour l’estat plus bas. A chacune

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s