Le Pelerinage de l’ame en prose [95]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 94v]

-quiere science et non pas plus que sobrement car ce seroit grant folie. Toutesfois de ce que tu demandes t’en vueil ung peu parler.

L’assemblee est gracieuse qui oncques ne descorde et sans estre divisee de unité et distintee en trois. Et [s]’elle semble variable a veue humaine, c’est la faulte d’icelle veue qui est muable et souvent alterable. Nature fait bien une couleur et aussi fait art qui ensuit sa maniere; mais nature fait sa painture meilleur car elle est meilleur ouvriere. Ilz sont aussi aucuns ouvraiges de soye fais par art en ensuivant nature, laquelle pare moult d’oyseaulx de choses pareilles a celle qui sont ouvriers en telz draps comme il peut apparoir sur ung paon, qui en aucunes de ses plumes a couleur rouge, d’or et verde. Riens n’en croiroit l’entendement humain s’il ne le veoit a l’ueil car raison ne le pourroit souffisamment informer.

Ces parolles je te di affin que tu chermes ton entendement lequel enquiert trop plus qu’il ne deust, et entens aprés ce que je te diray.

Dieu a cree substance et accident et peut faire a sa guise de l’un comme de l’autre. Et pour ce qu’il peut mettre trois couleurs en une, aussi a il auctorité de ordonner une substance en trinité sans descorder. En la qualité qui est paree de trois couleurs peut estre consideree une substance; en trois personnes qui sont seulement ung Dieu en unité sans division de la substance mais il y a distinction de personnes.

A Dieu le pere est atribuee la couleur d’or, car il est roy qui tousjours dure. A Dieu le filz la couleur vermeille qui aprins tainture ou sang de sa passion. A Dieu le saint Esperit la couleur verde car il esclarcist l’entendement et l’ueil de l’ame. Ces trois ont ung estre tant seulement et une sub-

[f. 95]

stance. Et ne te sauroit on bailler exemplaire qui fust du tout semblable a la Trintié car la capacité de engin humain ne le sauroit trouver pour ce que elle ne peut comprendre l’auctorité la qualité et la grandeur de Dieu. Sens, entendement et raison n’en sauroient bien jugier, car se seroit forte chose se la hache ou la coignee vouloit tenir parlement de l’art et de la science du fevre. Aussi n’est ce pas sens a homme qui enquiert de savoir du tout que c’est que Dieu. Quant tu seras avecques lui, bien le verras et n’auras cure d’exemple.

La apparcevras tu trois personnes en union sans division estre ung seul Dieu. Lors diras que fole chose est a creature de vouloir comprendre l’essence divine en la petite closture de son entendement ou il peut peu de chose, car l’entendement humain n’est q’une petite caige pour comprendre la nature des creatures avant qu’il les puisse bien congnoistre. Grant cure lui esconvient prendre affin qu’il sache distinguer l’une de l’autre.

Et pour ce est celui de fole entreprise qui veult savoir ce qu’il ne peut entendre, car le monde n’est mye si grant qu’il peust comprendre la grandeur de Dieu. Une closture limitee et bournee ne peut comprendre chose infinie.

Folie seroit de mettre le ciel en une caige et plus grant folie seroit de vouloir comprendre en la petite cage de son entendement celui qui fist tout le monde. Et pour ce je te conseille que tu te deportes de enquerir plus avant.

Croy ce que l’eglise croit, et si te garde d’errer en la fin. Et entens a requerir Dieu qui bien tost lui plaise esclarcir ta veue afin que tu le voyes face a face. En ce lieu ycy tu demourras et loueras Dieu sans cesser quant il lui a pleu de te donner grace

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s