Le Pelerinage de l’ame en prose [96]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 95v]

de y estre venu et toy recevoir. Tu mercieras aussi saint Michiel, et quant je seray devers lui a lui te recommanderay. Maintenant m’en vueil aller vers lui, mais maintesfois revendray ycy pour toy visiter et mener en plusieurs lieux ou tu verras tant de merveilles que de joye seras esbahy. La actendras la generale resurrection a laquelle tu seras reuny a ton corps affin que tout ensemble aye joy sans fin.

En ce point tantost vola en hault mon angle et s’en ala au prevost droit. Mais aussi comme se avoye l’entendement et l’ueil a lui pour le regarder, une clarté descendi sur mes yeulx que clos avoye pour dormir et les me fist ouvrir tantost.

Esveillé fu et me trouvay en mon lit dont je me levay incontinant, dolent que je avoye si tost perdu joye et soulas. Le doulx Jhesus Nostre Sauveur me donne grace de la recouvrer. Et aussi a tous ceulx qui mon songe avantureux exposeront benignement et corrigeront doulcement se riens y a a corriger et amender ou retraicter, riens je n’y a prevue qui ne soit ou puisse estre fondé en la foy par bon adrecement. Et se menconge y est trouvee, reputé doit estre a songe. Ainsi le prie a ceulx qui le liront ou orront.

C’est la conclusion de l’acteur

Pour le songe que j’ay songé ouquel comme je croy n’a point de mençonge ne chose vaine escripte, advis m’est que sans plus attendre doye donner congié a la joye du monde, car tant ay desservi de peine et de misere par ce que je me suis esloingné de mon createur que se Dame

[f. 96]

Penitence ne me radresse a mon chemin, pres suis de mort.

Par ce songe ay congneu que puis que l’esperit est parti du corps prieres ne oroisons ne valent riens en jugement. Penitence en est mise arriere. Pleur et gemissement y perdent leur peine. Ne il n’est riens qui puisse muer la balanceere dame Justice qu’elle ne face justement. Par devant elle ont esté ramenceux tous mes meffais. Et comme je me suis desvoyé au monde, les tourmens de Purgatoire ay congneuz et veuz, les tourmens d’Enfer et aussi la grant joye de Paradis. Et se paour ou amour de Dieu qui mieulx vault ne me ramannient a grace, certain suis que je suis deceu. Sy est bien droit et raison combien que j’aye desja passé ma jeunesse que je mette peine de recouvrer ce que j’ay pardu par paresse avant que la mort si myne et abate le chastel et la forteresse de ma char.

Et pour ce tant que j’ay temps de ce faire, il me convient prier Dieu et sa benoiste mere qu’ilz me soient misericors. Le prevost aussi de Paradis saint Michiel, qui contre mon advise partie ne soit doulx et benin, et mon bon ange qui par la pitié est mon gardien qui lui plaise de me garder tousjours deffendre et gouverner. A monseigneur saint Benoist que quant a mon jugement sera mon fait vueille avoir recommande, et au vray apostre de Dieu monseigneur saint André pour ce que a son jour je m’esveillay du songe que premierement ay recité et a tous les sains et sainctes de la noble compaignie de Dieu affin qu’il leur plais impetrer devers lui que j’ay ycy grace et a la fin gloire. Amen.

Explicit le livre et songe du pelerin, nommé le Pelerinaige de l’ame.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s