Disputation [3]

[BnF fr. 602, f. 129v]

mort et passion en l’arbre de la croix pour nostre redemption, dy moy qui tu es. Adont le fist tout ainsi qu’il lui avoit dit. Prestement une voix basse flefve et comme malade fut oye ou milieu de la chambre qui respondi: Ce suy ge.

Adont la vefve selon ce qu’elle avoit esté informee du pryeur dist hastivement: Je te conjure par le precieux corps de Jhesucrist en la garde de qui je recommande mon ame et mon corps afin que tu ne m’atouches ne blesses en aucune maniere. Et se tu es l’esprit de Guy de Tourno, mon mary naguaires trespassé ou autre esprit.

N’ayez nulle doubte. Ja ne te puis nuire. Mais sachiez veritablement, l’esprit de Guy de Tourno, ton mary suis.

Adont le prieur et ses compaignons se prindrent a asseurer et n’eurent plus

[f. 130]

de paour. Et en la presence de tous les assistens qui estoient assemblez entour la voix, le pryeur conjura l’esprit en disant par telle maniere: O creature de Dieu, je te conjure par la sainte et digne trinité, le Pere, le Filz et le saint Esprit, par la vertu de l’Incarnacion, Passion et Resurrection de Nostre Sauveur Jhesucrist et par touttes saintes ordres que tu parles a nous se tu as la puissance de ce faire, et ne te partes de ce lieu jusques a tant que tu nous auras veritablement dit et monstré pour quoy tu viens icy, et nous donne responce a tout ce que nous te vouldrons demander.

O pryeur, demandes hastivement ce que tu vouldras et selon ma possibilité et par la licence de Dieu et de mon meneur et conduiseur je te respondrays.

Lors

[f. 130v]

fut license imposee a tous. Et le pryeur proposa a l’esprit telle question: Je te conjure, esprit, par le Filz de Dieu, que tu me dies se tu es ung bon esprit ou mauvais.

Respond l’esprit: Je te preuve que je suis ung bon esprit pour tant que je suis creature de Dieu, et que toute creature en tant qu’elle est creature de Dieu est bonne. Dieu vit et regarda toutes les choses qu’il avoit crees et faictes et elles estoient moult bonnes. Et tous espris sont creatures de Dieu. Il s’ensuit dont que tous esperis sont bons et non mauvais en tant qu’ilz sont creatures de Dieu. Et donques je qui suis l’esperit de Guy de Tourno nagaires trespassé suis bon et non mauvaiz quant a ma nature. Mais tant que au regard de la paine dure

[f. 131]

et griefve que je sueffre, je suis maintenant mauvais.

Dist le prieur: par ceste raison, tu te rens et monstres estre mauvais esprit. Je le te preuve ainsi: toute qui est justement* imposee a aucun pour son pechié est bonne chose et que le pechié soit puny, dist le pryeur, tu dis que tu soustiens et sueffres paine pour ton pechié. Il s’ensuit donques que la paine de soy est bonne, car elle est justement de Dieu jugiee pour ton pechié.

Respond l’esperit: toutte paine pour tant qu’elle procede du juste jugement de Dieu est bonne, je le te concede. Mais elle est mauvaise et angoisseuse au regard de cellui qui la sueffre a qui elle est adjugiee. Car paine n’est a nullui adjugee

qui est justement repeated

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s