Disputation [4]

[Paris, BnF fr. 1793, f. 131v]

sans desserte de pechié. Et toutesvoyes ceste paine que sueffre presentement, elle est a moy dure et penible et mauvaise ja soit ce que elle ne soit adjugiee justement pour satisfaire a mon mauvais pechié. Et donques que j’ay et sueffre presentement painne dure et mauvaise, je pourroie estre dit mauvais esprit jusques a tant que par ceste painne que je sueffre je soye purgié de mal et de pechié que j’ay en ma vie fait et commis.

Je te demande, dit le pryeur, de qui te es esprit.

Respont l’esprit: Je suis l’ame ou l’esprit de Guy de Tourno, nagaires trespassé.

Dist le pryeur: Il me semble que tu es ingrat a toy mesmes et au corps de Guy. Car en ce que tu es venu et apparu en voix en celle maison et que tu parles a nous,

[f. 132]

tu fais tout devant ce peuple esclandre a ta femme, car on puet penser et supposer et ja le pensent aucuns que toy, Guy, fus en ta vie de mauvaise et parverse conversacion, laquelle chose les citoiens de ceste ville la plus grande et saine partie affirmoient le contraire estre verité. Car si longuement comme tu fus vivant, nulle mauvaise renommee ne fut ditte en toy.

Respond l’esprit: Je ne suis mie, sauve ta grace, esprit ingrat a moy ne a autruy. Et veez cy, s’il estoit ainsi que tu donnasses ta robe a aucun et cellui pour l’amour de toy a cause de celle robe se meist en peril de mort pour toy, ne diroies tu pas qu’il ne t’amast de bonne amour pour le bien que tu luy aroies fait?

[f. 132v]

Respond le pryeur: Oyl.

Or, dist l’esprit, quant je fus dedens le corps de Guy, je ne receus autre chose que la vesture de immortalité et maintenant le corps de Guy gist en terre la ou il ne sent ne mal ne douleur. Moy qui suis son esperit suis tourmenté pour le corps dudit Guy, nonobstant ne me plurent onques ses deliz, car les charnelz delis se combatirent a moy. Et affin que le corps de Guy avec son esperit au jour du jugement ne fust ars et bruis de la flambe infernale, je comme esperit suis passionné pour le maulx du corps comme il soit ainsi que moy qui suis son esperit ne fiz onques mal ne pechié. Et ce que tu diz, pryeur, que je faiz esclandre de mauvaise renom-

[f. 133]

mee a Guy ou a sa femme en tant que je parle a vous, ne vault riens ne n’a point de lieu, car esclande a proprement parler est ce qui est fait en vitupere d’autruy tandans a mauvaise fin. Dont il est esperit qui signifie que douleur soit a cellui qui par esclande vient, mais je qui suis esprit de Guy ne fay esclande ne vitupere a autruy en parolles ne en fais. Car il m’est permis de par Nostre Seigneur de parler a vous pour monstrer ma necessité et des autres ames estans en Purgatoire. Ains fay en ce plus d’onneur a Guy et a sa femme que de vitupere. Car toute ceste cité ou la plus grant partie est venue et assemblee pour Guy en effondant pluseurs prieres

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s