Disputation [10]

[Paris, BnF fr. 1793, f. 143v]

Et il est ainsi que en trestoutes les messes, celles du saint Esperit et de la Trinité me sont plus ou cuer en la pensee pour tant qu’elles me aident a conforter plus que les autres. Et je te diray la cause pour quoy: ou temps que je fut vif en ce monde quant je deusse avoir toute ma force emploiee et usee ou service de Dieu en attribuant et offrant ma force a Dieu le pere, je attribuay tout mon sens et puissance en divers pechiez. Et de Dieu le pere le tout puissant procede toute puissance a moy donnee et aux autres selon la mesure et quantité de sa donacion. En ceste maniere j’ay pechié par ma force et puissance contre Dieu le pere a qui toute puissance est attribuee. Semblablement j’ay pechié par mes sens contre Dieu le filz,

[f. 144]

a qui toute sapience et science est attribuee, laquelle de Dieu m’estoit donnee et qui de lui procedoit sans quelque moyen. J’ay aloé et despendu en faulsetez et decepcions de ce monde. Et pareillement j’ay pechié contre le saint Esperit dont toute grace procede et a qui toute virginité est attribué. Car les biens naturelz comme beauté, elouquence, beau parler ou autres dons je les ay perdus en ma vie et les ay donnez et abandonnez a pechiez de la char du monde et du deable. Ja soit ce que j’en soye cause, je n’en ay point fait satisfaction en a vie a la benoite Trinité; et pour ceste cause mon bon angele m’a dit que les messes de la sainte Trinité pour moy dictes me doivent et peuent plus prouffiter et aidier a la diminucion de mes pechiez que les

[f. 144v]

autres. Et aussi pour ce que j’ay souvent pechié contre la sainte Trinité que celles du benoit saint Esperit me sont vaillables et prouffitables et pour tant a faire satisfaction au benoit saint Esperit pour mes pechiez diminuer. Plus me vallent et prouffitent les messes du saint Esperit dictes et celebrees pour moy. Mais pryeur, tu as dit en la messe au jour d’uy aprez la premiere oroison une oroison du saint Esperit, laquelle m’a plus prouffitee et valu que toutes les autres oroisons que tu as dit. Pour celle je me suis plus esjoy de celle particuliere oroison du saint Esperit que de tout le residu de ta messe. Et principalement a valu au remede et confort de toutes les autres ames estans en Purga-

[f. 145]

-toire. Et sachiez que celle memoire du saint Esperit fut a moy especiale ainsi que le residu fut commun aux autres ames; et par ce s’ensuit et assez se puet apparoir que je ne mentoie point quant je te diz que tu avoies celebré du saint Esperit.

Or me diz, dit le prieur, pour quantes ames puet ung prestre celebrer en telle maniere que chascune ait aussi grant par que l’autre?

Respond l’esperit: Ung prestre puet celebrer pour tous loyaulx vivans a une foiz et trespassez. Et chascun d’iceulx puet avoir la messe toute entiere. Car la vertu du precieux corps de Jhesucrist prouffite a tous. Car ainsi que Nostre Sauveur Jhesucrist qui est Dieu et homme fut une foiz eslevé et estendu et crucifié en la vraye

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s