Disputation [20]

[Paris, BnF fr. 1793, f. 163v]

Respond l’esperit en chantant et en eslevant sa voix: C’est ce que les angelz voient ou ciel. Les ames estans en Purgatoire la sentent, les deable en Enfer la craingnent, les crestiens l’aourent!

Je te demande, dist le pryeur, les pechiez qui sont confessez en ceste vie sont ilz repliquez et remis a la mort?

Certes oyl, dit l’esperit, par especial ceulx dont on n’a point fait satisfaction en sa vie.

Or me diz les pardons et indulgences que je puis acquerir en ceste vie a la descharge et dimunicion de ma paine se je m’en desvestoie. Le te donnasse et le emportasses a ton prouffit, te pourroient ilz aucune chose valoir et prouffiter a ton allegance?

Certes, respont l’esperit, oyl.

Or bien, dist le pryeur. Je te resigne dont et donne touttes les indulgences

[f. 164]

et pardons que par ung an entier j’ay acquiz si avant qu’il est a moy possible de faire.

Lors dit l’esperit: Je rens graces a mon pere createur et a toy prieur de ce debonnaire et prouffitable don que tu m’as proferé par ta courtoisie, car desja je me sens moult fort allegié et conforté de ma paine.

Je te demande, dit le pryeur, pour quoy et a quelle cause tous esperis redoubtent lumiere?

Respond l’esperit: Pour ce que par certain temps ilz sont ou lieu de tenebres ou limbe obscur.

Encoires te demande je quelle chose puet faire le precieux corps de Jhesucrist aux deables?

Respond l’esperit: Il les espoente merveilleusement.

Je te demande, dist le pryeur, pour quelz pechiez sont les ames vexees et tourmentees aprés la separacion du corps?

Respont l’esperit: Aucunesfoiz par la

[f. 164v]

malediction du pere et de la mere ou de nostre mere sainte eglise faicte et donnee justement a bonnes causes, et aucunesfoiz pour les immornes et abhominables pechiez desquelz les creatures sont negligens de faire leur penitance en leur vie.

Je te demande, dist le prieur, pour quoy tu t’es manifesté plus que les autres?

A celle question il ne respondi point, mais soudainement s’esvanuit et fut advis a tous ceulx estans en la place que de la moyenne d’eulx se parti en maniere d’un petit vent et depuis ne fut quelque chose oye de l’esperit. Et fut l’oppinion de pluseurs qu’il avoit accompli le residu de sa penitance ou feu de Purgatoire commune.

Dieu Nostre Seigneur, benoit sauveur et racheteur qui par sa grace nous a voulu

[f. 165]

monstrer et manifester ce miracle a la loenge de la sainte Trinité, a la confirmacion et essaucement de la sainte foy catholique et a nostre edificacion et esperance de la vie eternelle soit beneis, aouré et loé. Et tous les sains et saintes et de toute la court crestienne, vueille par sa sainte pitié et misericorde avoir pitié et mercy de toutes les ames trespassees qui sont en voye de sauvement, et a nous tous et toutes donner grace de vivre tellement que nous puissions parvenir au royaume des cieulx. Amen.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s