Le Pelerinage de l’ame en prose [67]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 66v] monde. Et n’y a quelque partie ou toute elle ne soit. Et pour comprendre a droit mieulx cest exemple, tu peuz savoir que aussi comme Dieu est plus principalment ou ciel, aussi est l’ame plus interesement ou cervel et ou cuer de la personne, sans delaisser toutesfois nulles… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [67]

Le Pelerinage de l’ame en prose [66]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 65v] est le mirouer sans tache ou toutes creatures peuent bien regarder leurs faces, pour quoy tu dois penser que l’ame qui est faitte a sa similitude doit estre naturellement mirouer a lui tresrespondant, affin qu’il ne soit chose qui en lui ne puisse mirer et bien considerer sa… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [66]

Le Pelerinage de l’ame en prose [65]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 64v] elle se mouvera, et se bien il s’encline a la langue de doctrine, parfait sera. Celle dame que tu voiz la est appellee par son nom Doctrine. Maistresse est de former et emprunter science en homme et y planter bonnes vertus en estant les vices, de parer son… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [65]

Le Pelerinage de l’ame en prose [64]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 63v] Et lors demanday a mon gardien pour quoy je ne avoye peu a eulx parler et pour qouy ilz ne me avoient fait aucun semblant toutesfois que de riens ne leur avoit meffait. Cy respond l’ange au pelerin As tu, dit l’ange, ja oublié que tu es separé… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [64]

Le Pelerinage de l’ame en prose [63]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 62v] -jours immortelle. Si te prie que apaiser te vueilles en boutant hors ta douleur et aussi tost que je pourray trouver aucun meilleur, je la feray cueillir et mettray en mes garniers et la garderay par trois jours entiers. Et quant elle sera ainsi paree, je la te… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [63]

Le Pelerinage de l’ame en prose [62]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 61v] quant a autre qu’a toy m’as donnee, combien qu’il soit vierge. Mais il lui a bien a dire de toy, a lui aussi comme se je feusse estrange et de nulle congnoissance, pour quoy je puis bien dire que on me peut justement appeller Maria, car c’est Jhesus… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [62]

Le Pelerinage de l’ame en prose [61]

[Chantilly, Musée Condé, ms 140, f. 60v] lermes, ne il n’est femme qui peust estre plus dolente que je suis. Helas, femme qui hault crioies en la tourbe de la gent en beneisant mon ventre pour ce que porté avoit le Filz de Dieu qui est cy pendu, ou es tu? Que n’es tu ores… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [61]