Le Pelerinage de l’ame en prose [68]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 67v] doubte. Et aussi tu t’en devras mieulx congnoistre affin que tu ne croies mie que tu ayes tourment sans juste cause que ton corps a gouverné negligemment et blasme de ce dont estoies coulpable. Dame, diz je, se m’avise maintenant que telz parolles me dist assez mon corps… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [68]