Le Pelerinage de l’ame en prose [47]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 46v] ay je saché tes des deux langues par ta gorge et atachees aux gibets des autres trahistres maleureux qui ycy pendront pardurablement sans fin. Aprés je vy deux esperis tous en estant dedans le feu ardant qui estoient tous deux navrez et tenoient deux cousteaulx en leurs mains.… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [47]