Le Pelerinage de l’ame en prose [96]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 95v] de y estre venu et toy recevoir. Tu mercieras aussi saint Michiel, et quant je seray devers lui a lui te recommanderay. Maintenant m’en vueil aller vers lui, mais maintesfois revendray ycy pour toy visiter et mener en plusieurs lieux ou tu verras tant de merveilles que de… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [96]

Le Pelerinage de l’ame en prose [94]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 93v] en perdi. Aussi fist ma lignee, dont moult y ay eu de douleur. Mais le fruit qui est a nous maintenant donné est tres piteux; fruit de vie doit estre dit et l’autre est le fruit de mort. Ceste pendi l’en hault ou rainceaus sec, et le premier… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [94]

Le Pelerinage de l’ame en prose [93]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 92v] mais il le peut faire tous les jours par l’ordonnance qui est mise en son mouvement, qui est tel que pour quelconques cours il ne peut perdre son tours. Et quant est de la feste qu’on fait la jus, avant que plus t’en parle, il te fault regarder… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [93]

Le Pelerinage de l’ame en prose [92]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 91v] savons bien quelles le sont et que la voix du pere a confermé la chose. Trois causes y a aussi pour quoy il vouloit entrer ou signe appellé Cancer qui ainsi est nommé pour le retournement que le soleil y fait. Jhesucrist trois fois retourna de trois lieux… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [92]

Le Pelerinage de l’ame en prose [91]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 90v] print le miel dont tantost aprés que du mengant la viande estoit yssus. Celle viande estoit ceulx que Enfer tenoit en sa gueule, lesquelz Jhesucrist lui osta. Mais il lui laissa ceulx qu’il avoit dedans son engloutis qui n’estoient pas ses amis. Bien lui pesoit qu’il ne pouoit… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [91]

Le Pelerinage de l’ame en prose [87]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 86v] tresgrant circuité. Sa grandeur ne sauroye raconter. D’une part yssoit ce cercle du ciel d’or et de l’autre part y entroit en faisant son tour par dedens lui. Large estoit  aussi comme de trois piez, de couleur de saphirs ordonné et mesuré a la ligne et escellé de… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [87]

Le Pelerinage de l’ame en prose [85]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 84v] face. Et pour ce nul ne doit estre esbahy des siecles infinis qui bien croit le pouoir de Dieu, lequel nul ne peut comprendre car il est infini, ne science n’en a point d’experiance. Ci fait question le pelerin a son ange. Et puis, dis je, que tu… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [85]

Le Pelerinage de l’ame en prose [84]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 83v] le ciecle est revolucion de cent ans ou environ et toutes fois il appelloit siecle le monde. Cy respont l’ange a la doubte du pelerin Lors il me respondi que celui qui fist le compost ne vit oncques ses siecles mais sans plus a veu d’eulx de l’aval… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [84]

Le Pelerinage de l’ame en prose [83]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 82v] -cipale sur tous en laquelle avoit plusieurs mansions telles que oncques homme ne vit sinon la quant le ciel est bien enluminé des estoilles bien cler et reluisant si n’a il point comparoison a nulles de habitacions. D’icelle mansion vueil je parler selon ce que j’ay peu considerer,… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [83]

Le Pelerinage de l’ame en prose [82]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 81v] monstra une eaue qui le environnoit et courrit entour si clere et si pure que parmy veoie clerement tout ce que par avant avoye veu. La terre et enfer qui dedans estoit enclos ne me sembloit mye greigneur que une petite boule au regart du circuité du ciel… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [82]