Le Pelerinage de l’ame en prose [93]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 92v] mais il le peut faire tous les jours par l’ordonnance qui est mise en son mouvement, qui est tel que pour quelconques cours il ne peut perdre son tours. Et quant est de la feste qu’on fait la jus, avant que plus t’en parle, il te fault regarder… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [93]

Le Pelerinage de l’ame en prose [90]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 89v] brandon de lumiere, et chantent en ceste maniere: Louee et glorifee soit la royne du ciel couronnee. Le roy le veult, si est bien raison que ensemble tous façions feste, car par elle sont creues noz joyes. Ou jour de son Assumpcion quant a present ne fais point… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [90]

Le Pelerinage de l’ame en prose [89]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 88v] Marie, semence pleine de benediction qui la feste commença en Paradis. Et tousjours pour neant n’avons pas aprins a chanter et jouer de tous instrumens – bien devons chanter et jouer car assez tost aurons compaignie parce que hommes et femmes seront rappellez qui estoient priviez de nous… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [89]

Le Pelerinage de l’ame en prose [82]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 81v] monstra une eaue qui le environnoit et courrit entour si clere et si pure que parmy veoie clerement tout ce que par avant avoye veu. La terre et enfer qui dedans estoit enclos ne me sembloit mye greigneur que une petite boule au regart du circuité du ciel… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [82]

Le Pelerinage de l’ame en prose [55]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 54v] en la sanctifiant du tout si que en ce greffe reprins en estoc devient convenable pommier pour porter fruit franc et agrëable. Oncques ne fut pommier de tel pris ne de telle valeur. C’est l’arbre Daniel ou Vme chappitre de sa prophecie, lequel Nabugodenosor vy en racine ou… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [55]

Le Pelerinage de l’ame en prose [50]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 49v] qui avoit faulsement jugé et fist la pel estandre sur la charre ou les juges s’eseoient en faisant jugement, afin qui leur souvenist de sentencier justement et que la feissent exemple, tous maires, prevostz et baillis. Exemple n’y avez pas prins, si vous en sera de pis a… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [50]

Le Pelerinage de l’ame en prose [47]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 46v] ay je saché tes des deux langues par ta gorge et atachees aux gibets des autres trahistres maleureux qui ycy pendront pardurablement sans fin. Aprés je vy deux esperis tous en estant dedans le feu ardant qui estoient tous deux navrez et tenoient deux cousteaulx en leurs mains.… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [47]