Le Pelerinage de l’ame en prose [89]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 88v] Marie, semence pleine de benediction qui la feste commença en Paradis. Et tousjours pour neant n’avons pas aprins a chanter et jouer de tous instrumens – bien devons chanter et jouer car assez tost aurons compaignie parce que hommes et femmes seront rappellez qui estoient priviez de nous… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [89]

Le Pelerinage de l’ame en prose [61]

[Chantilly, Musée Condé, ms 140, f. 60v] lermes, ne il n’est femme qui peust estre plus dolente que je suis. Helas, femme qui hault crioies en la tourbe de la gent en beneisant mon ventre pour ce que porté avoit le Filz de Dieu qui est cy pendu, ou es tu? Que n’es tu ores… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [61]

Le Pelerinage de l’ame en prose [54]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 53v] de prés de la moitié. En parlant ainsi me sembla que Enfer si s’eslongna de moy et aussi que je m’en eslongnoye, mais toutesfois je le vëoye bien ne oncques depuis n’en fu si loing vers lui, adonc plus patient estoye. Mais grandement ne demoura pas que nous… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [54]

Le Pelerinage de l’ame en prose [8]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 7v] fust portier du ciel, aussi l’estoit saint Pierre l’apostre, et pour ce devoit estre aussi appellé, et aussi son lietenant en terre par lequel iceulx pelerins doivent estre passez. Et s’il y a aucuns d’iceulx pelerins qui ne lui ayent descouvert sa concience par vraye repentance et contriction… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [8]