Le Pelerinage de l’ame en prose [62]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 61v] quant a autre qu’a toy m’as donnee, combien qu’il soit vierge. Mais il lui a bien a dire de toy, a lui aussi comme se je feusse estrange et de nulle congnoissance, pour quoy je puis bien dire que on me peut justement appeller Maria, car c’est Jhesus… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [62]

Le Pelerinage de l’ame en prose [60]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 59v] pas le mien. Tousjours ferai ton plaisir et suis prest de toy obëir jusques a la mort. Mais, cher Pere, tu dois penser que se tu me hastes de ce faire, ja homme ne m’en saura gré. Car encores n’a pas esprouvé les perilz ne la misere ou… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [60]

Le Pelerinage de l’ame en prose [58]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 57v] car il n’est pas que le pommier et la pomme sont venus et descendus d’Adam, duquel ilz sont hoirs; et a la pomme seule le pouoir de faire restitucion et satisfacion par tout ou il appartient et selon ce qu’il convient. Pour quoy en tant qu’il me appartient… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [58]

Le Pelerinage de l’ame en prose [57]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 56v] Desscuré suis de mon estre et degettee de place ne place comme abhominable et de nulle riens convenable pour recouvrer mon honneur. Je ne puis plus dissimuler que je n’aye restablissement mesmement quant je voy en ce pommier vert et flourissant pomme tres souffisant par quoy je puis avoir… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [57]

Le Pelerinage de l’ame en prose [56]

[Chantilly, Musée Condé, ms. 140, f. 55v] Il convint pour tel meffait restablir que le filz de Dieu devenist homme et qu’il fust ataché et pendu en arbre et notoirement estandu. Assez fut convenable que l’arbre ou il fut pendu fut attrait de l’autre vieil arbre, car se celui arbre n’eust esté devestu, ja Jhesus… Continue reading Le Pelerinage de l’ame en prose [56]